l'Æternum vale Index du Forum
 
 
 
l'Æternum vale Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Mort d’un grand homme/vengeance faite dans l’ombre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Æternum vale Index du Forum -> Dépendances -> La Bibliothèque
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rand
Chevaliers

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2011
Messages: 2 922
Localisation: Tamines
Guilde: Aeternum vale
Alignement:
Classe:

MessagePosté le: Dim 4 Nov - 11:24 (2012)    Sujet du message: Mort d’un grand homme/vengeance faite dans l’ombre Répondre en citant

Chapitre 1 : les prémices d'une quêtes

J’étais assis dans une taverne, sirotant un verre avec un vieil ami. Ce vieil ami n’était autre que Jilano, compagnon d’arme depuis ma jeunesse, il fût même un petit moment mon baron et est actuellement le dirigeant de la guilde Æternum Vale et c’était dans la taverne de cette même guilde que je me trouvais. Je n’étais pas la sans raison. Jilano était absent depuis quelques semaines pour une mystérieuse quête mandatée par un des proches conseillers du roi et je voulais en entendre la teneur, écouter quel exploit héroïque il avait fait.

« … et c’est là qu’on tomba dans une embuscade mené par des orcs » me conta Jilano. Il ne sut pas me dire la suite que la porte de la taverne claqua et laissa rentrer un Machinalaver qui se dirigea vers nous d’un pas tout excité.

Les origines de Machinalaver sont assez troubles, personne ne sait d’où il vient ni son vrai nom. Et oui, comme vous vous en doutez, Machinalaver n’est pas sont vrai nom. Je ne pense pas que des parents seront assez malsains pour appeler leur enfant ainsi. Bref, je m’égare. Quoi qu’il en soit, personne ne sait non plus d’où lui vient se pseudonyme, peut-être est-il maniaque de la propreté et que dans le passé, quelqu’un l’appelait ainsi et que cela est resté. Enfin, tout le monde l’appelle simplement Machi. Et c'était aussi son ami, il a su gagner sa confiance et sa sympathie en quelques jours seulement.

Il s’approcha près de nous, et sans même dire bonjour, nous dit :

« Vous ne devinerez jamais ce qu'il m’est arrivé ! »

Et apparemment, il attendait qu’on devine. Je n’ai jamais compris pourquoi les gens posaient cette question ; imaginent-t-ils qu’on est médium, que la rumeur a précédé leur arrivée, qu’une puissance divine nous a parlé dans notre tête pour nous prêcher la bonne parole ? Voyant que Jilano était contrarier d’avoir été interrompu dans sa narration, je décidai de répondre pour la forme.

« Euh…non » Rand, roi de la répartie.
« Robhin m’a proposé de partir avec lui dans sa quête de l’arc de Jalanda. Si nous la réussissons, nous serons des hommes riches » répondit Machi.

Ah, voila pourquoi il était aussi excité, la perspective de richesse doit déjà lui faire tourner la tête. Le problème c’est que je n'avais jamais entendu l’histoire de cet arc et ne savais donc pas quel prix cela valait. 

°°Une petite mise à jours de la mythologie alidhannaise n’est pas de refus°° pensais-je

« Je vais vite préparer mes affaires, nous partons demain à l’aube. De la forêt de Broquir, près du vendeur ambulant » dit Machi avant de se diriger vers la sortie menant aux chambres de la hutte.
Je le regardai partir amusé, sa fougue lui rappelait la sienne quelques années plus tôt. Mais mon amusement pris fin quand je remarquai l’air grave de Jilano.
« Que se passe t-il ? » demandais-je interloqué
« Tu penses pouvoir t’incruster dans le groupe de Robhin ? » me demanda-t-il
« Je pense oui, je le connais un peu et si Ronaldo est de la partie, c’est comme si j’avais déjà ma place. Mais pourquoi me demandes-tu ça ? » Rétorquais-je
« J’ai un mauvais pressentiment. Si Robhin part à la quête de Jalanda, c’est qu’il y a du nouveau sur cette légende et s’il n’est pas le seul à connaître ce nouvel élément, il risque d’y avoir du grabuge. J’aimerais que tu les accompagnes pour protéger Machi. Tu es d’accord ? » Dit Jilano

°° Jalanda… légende… grabuge… oui, une mise à jour s’imposait °°

« Bien sûr, j’irais trouver Robhin demain matin pour lui expliquer la situation » répondis-je.
Si j’avais su que c’était la dernière fois que je voyais Jilano en compagnie de Machi, j’aurais sûrement agis différemment…. 
_________________
-Il n’y a que dans les mystérieuses équations de l’amour que l’on peut trouver raison et logique.


Dernière édition par Rand le Mer 16 Jan - 22:26 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 4 Nov - 11:24 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rand
Chevaliers

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2011
Messages: 2 922
Localisation: Tamines
Guilde: Aeternum vale
Alignement:
Classe:

MessagePosté le: Dim 4 Nov - 19:48 (2012)    Sujet du message: Mort d’un grand homme/vengeance faite dans l’ombre Répondre en citant

Chapitre 2 : s’intégrer dans le groupe

Jilano me quitta précipitamment, prétextant qu’il devait parler à Machi.

« Tu peux reprendre des verres, c’est la maison qui régale. » Dit Jilano en quittant la pièce.

J’en ai repris trois, ce n’est pas tous les jours que je bois gratuitement. Je sortis de la taverne des Valiens quelque heure avant l’aube, en titubant un peu, ce n’était pas mes trois premiers verres. Je buvais un peu plus que de raison depuis la mort de benof, suite à son exil forcé. Cela fait deux ans maintenant. 

°° Il aurait honte de moi°° pensais-je en me dirigeant vers le lieu de rendez-vous. Vaut mieux être en avance qu’en retard. J’arrivais donc sur le lieu, une petite clairière bordée d’arbres, et comme je m’y attendais, personne. Sauf un petit écureuil qui me poussa un cri de défi avant de prendre la fuite.
°° Je vais me poser contre cet arbre en attendant leur arrivée, qui ne devrait pas tarder°° pensais-je en allant vers celui-ci. Je me posai et je m’assoupis aussi tôt. Et ce ne fût pas de beaux rêves qui m’accueillirent. 

Les visages de mes proches décédés m’apparurent, tournant autour de moi, silencieux. Puis des images. Ma mère courant vers moi, bras ouverts dans une expression de joie juste avant qu’un loup ne lui saute dessus et lui ouvre la gorge d’un coup de dent. Mon père, celui qui m’a tout appris, coupant du bois pour l’hiver avec une hache quand tout à coup, il prit feu et hurla de douleur. Benof, mon protecteur, traqué comme une bête sauvage dans une forêt glaciale. La peur se lisait sur son visage jusqu'à ce qu’il devienne sans expression, quatre flèches s’étant figées dans son dos. Ensuite, Adria, ma douce Adria, m’embrassant après m’avoir dit qu’elle m’aimait puis arrachée violemment pour être remplacée par un magicien au sourire sadique et me disant que je n’étais pas assez rapide juste avant d’entendre un cris déchirant d’Adria, me suppliant de l’aider. Je courais vers la source de ce bruit…

« Par la barbe d’Olaf, ne serait-ce pas ce fainéant de Rand qui n’a rien trouvé de mieux que de dormir contre un arbre? » cria une voix, me retirant brusquement de mon sommeil.

Cette voix, il la connaissait. Puis dans son entourage, il ne connaît qu’une personne qui jure comme un nain et je précise que je ne connais pas de nain et cette personne non plus n’en connaît. Enfin, si ce n’était sa grande taille, j’aurais eu des doutes sur le fait que Ronaldo soit un nain ou pas. J’ouvris les yeux pour tenter de voir Ronaldo mais la faible clarté déjà diffuse par le soleil levant attaque ma vue, me forçant à les fermer. Ma tête pulsait, ma gorge était pâteuse, je me sentais faible. 

°° Je n’aurais pas du boire autant hier°° pensais-je comme toujours après un lendemain d’excès.

Je plissais cette fois-ci les yeux pour qu’ils s’habituent à la lumière, je me levai tant bien que mal et remarqua que Ronaldo était en face de moi. Il était presque aussi grand que moi, voila pourquoi je suis sûr qu’il n’est pas un nain. Mais comme un nain, il était assez costaud, plus que moi et de beaucoup. Il était aussi poilu, et pas que sur le visage. Des poils dépassaient de sa chemise bien ouverte pour laisser apparaître ses muscles. Et surtout, il se comportait et se battait comme un nain… brusque et aucune réflexion. Mais malgré cela, il était plutôt beau gosse. Son visage dur, décoré d’une barbe taillée le rendait plus vieux, ses yeux bleu azur, ses muscles saillants, sa peau bronzée par le soleil lui fallait quelque succès auprès de la gente féminine. 

« Moi dormir, loin de là, je t’attendais. Mais comme à ton habitude, tu as dû te perdre et j’ai fermé les yeux en t’attendant vieux grincheux » répondis-je d’un sourire avant de lui faire une accolade pour lui dire bonjour.

« Sérieusement, que fais-tu dans ce coin paumé ? » demanda mon ami.

« J’étais sérieux, je t’attendais. J’ai eu vent que tu partais dans une quête avec Robhin et je me suis dit que je pourrais vous accompagnez, me battre à tes cotés est toujours assez instructif » lui répondis-je et il partit d’un grand rire

« Instructif dis-tu… Tu peux dire la vérité, tu es épaté par ma manière de combattre, tu m’envies même et tu viens pour m’admirer et essayer de copier ma technique. Mais sache que je suis souvent copié mais jamais égalé. Allez, j’arrête de te charrier. Tu sais bien que je suis d’accord pour que tu nous accompagnes car malgré ton air fragile, quand il s’agit de se battre, on peut compter sur toi. Et en plus, tu me fais rire. Mais ce n’est pas moi qui dirige cette opération, il faudra que tu demandes à Robhin, viens je vais te conduire à lui » Dit Ronaldo en s’éloignant, sans regarder si je le suivais ou non. Et c’est à ce moment là que je remarquai que la clairière était débordante d’activité.

Il y avait une vingtaine de personnes se déplaçant dans se qui ressemblait être un campement provisoire. On chargeait et déchargeait des mules tout en criant des ordres pour amener telle ou telle chose. Des guerriers aiguisaient leurs lames ou leurs haches, des archers vérifiaient la solidité de leur arc. Un bruit permanent emplissait la clairière, à se demander comment je ne me suis pas réveillé plus tôt. Ronaldo me fit traverser le campement, cela dura quelques trentaines de secondes tout au plus, le camp n’était pas bien grand. Mais je pus apercevoir Machi au loin et eu la surprise de voir aussi Mougli

°° Ronaldo, Mougli, Robhin, peut-être moi ainsi que l’habilité de Machi, Jilano n’a pas trop de soucis à se faire°° pensais-je. Je me trompais, mais je ne le sus que beaucoup plus tard.

Ronaldo s’arrêta à coté de quelqu’un, il était de dos mais je devinai tout de suite que c’était Robhin, sûrement car je le connaissais. Il était plongé dans la lecture d’un papier, sûrement une liste. Quand il vit Ronaldo, il se tourna vers lui et lui dit de mauvaise humeur :

« Rien ne se passe comme je l’aurais voulu. Notre effectif est réduit et aucun mage n’est disponible pour nous accompagner. De plus les mercenaires ont augmenté leurs tarifs, je t’avais dit qu’on ne pouvait pas leur faire confiance. Et les vivres, on n’en … ». Il s’arrêta brusquement quand il me vit.
« Rand, que fais-tu ici ? » me demanda-t-il, visiblement surpris de ma présence.
« Bah, j’ai entendu parler de ta quête et je me suis dit que tu aurais peut-être besoin de moi » dis-je. La simplicité, rien de mieux pour expliquer les choses.
Il me regarda avant de répondre et me dit :
« Oh pourquoi pas, Mynar s’est désisté, tu pourrais le remplacer. En plus, j’ai entendu que tu t’y connaissais un peu dans l’art de la guérison. Ronaldo, donnes-lui un sac avec tout le matériel nécessaire, nous partons dans trente minutes. » Et il retourna dans sa liste, marmonnant des choses intelligibles.

°° Et bah, ce fut plus facile que ce que je pensais… mon charme doit même fonctionner sur les hommes ont dirait°° pensais-je amusé.
Ce fut bien la seule chose facile dans toute cette histoire…

_________________
-Il n’y a que dans les mystérieuses équations de l’amour que l’on peut trouver raison et logique.


Dernière édition par Rand le Mer 16 Jan - 22:25 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Rand
Chevaliers

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2011
Messages: 2 922
Localisation: Tamines
Guilde: Aeternum vale
Alignement:
Classe:

MessagePosté le: Mer 16 Jan - 22:24 (2013)    Sujet du message: Mort d’un grand homme/vengeance faite dans l’ombre Répondre en citant

Chapitre 3 : La légende de Jalanda

D’une tape virile à l’épaule, Ronaldo m’invita à le suivre. Il se dirigea vers le centre du campement. Je le suivais à quelques pas de là, essayant de reconnaître des visages mais en vain. A part Machi et Mougli, tout le monde m’était inconnu. Et cela m’intriguait. Je connaissais personnellement bon nombre de royalistes et connaissais le reste de vue ou de réputation. Ronaldo s’était arrêté près d’un amoncellement de caisses et dû lire mon trouble sur mon visage car il me dit :

« Aucun n’est royaliste si c’est ça que tu te demandes. Enfin, il y a moi, Robhin, Machinalaver, Mougli et toi maintenant. Robhin avait peur que son projet soit connu de trop de monde et qu’il soit donc devancé. Alors, il a prévenu peu de royalistes et on se retrouve avec une bande de mercenaires, menés par un certain Grigan. » 

Il me le montra du regard et je regardai donc dans cette direction. Cette personne était bardée de fer de la tête aux pieds. Cuirasse, épaulette, genouillère, gants, heaume et j’en passe. Comme si il se sentait observé, il retira son heaume, heaume qui cachait presque tout son visage, et regarda dans notre direction. La première chose qui me frappa était la blancheur de sa peau, comme si les rayons du soleil n’avaient jamais touché sa peau. Ses yeux sombres et profonds ressortaient de manière distincte, contraste avec sa peau et lui donnaient une allure démoniaque. La deuxième chose qui me frappa, et qui se rajouta à son allure, fut la cicatrice balafrant sa joue, du haut vers le bas. Il nous rendit notre regard pendant quelques secondes. A cause de la distance, je ne su distinguer son expression mais je devinai qu'elle n’était pas amicale. Il détourna enfin le regard pour se remettre à une quelconque tâche. Un bruit de cracha me fit de nouveau regarder vers Ronaldo.

« Je le jure sur ma hache que j’éventre cette pourriture au moindre signe de traîtrise. J’ai aucune confiance en lui et à sa bande de bouseux, je suis sûr qu’ils nous sauteront dessus dès qu’on trouvera l’arc. Mynar, lui, c’était un mercenaire de confiance. Travaillant seul mais ayant un code d’honneur, ça m’étonne même qu’il ne soit pas venu. Malgré mes demandes, Robhin les a gardé donc faudra faire avec » dit-il en recrachant encore une fois.
« Tout ces hommes sont à Grigan ? » demandais-je, un peu inquiet malgré moi
« Non et encore heureux, nous avons aussi enrôlé quelques mercenaires mais Grigan à le groupe le plus important. Bon tien, voila ton sac, il est déjà rempli de provisions et ustensiles utiles. Trouve un endroit pour patienter, on part dans vingt minutes » me répondit Ronaldo en me donnant un sac de la manière brusque qui le caractérise tant.

Je l’ouvris et je ne fus pas surpris. Comme je m’y attendais, il y avait des provisions. Fruits, viande séchée, légumes et autre nourriture de base. J’avais aussi une poêle, une boussole ainsi qu’une carte. Le sac n’étant pas bien lourd tout compte fait.
Je décidai de passer le temps en allant prendre des nouvelles de Mougli, ça faisait un moment que je ne l’avais plus vu. Je promenai mon regard sur le camp et le remarquai rapidement. Un beau grand brun, ça se remarque facilement. En m’approchant de lui, je remarquais qu’il a pris en musculature. Loin d’être aussi musclé que Ronaldo, cette touche virile lui donnait encore plus de charme. Il me vit approcher et me fit un grande signe de la main, sourire aux lèvres et lueur malicieuse dans le regard, comme à chaque fois que je le voyais. Il m’accueillit bras grands ouverts pour me faire une accolade

« Que nous vaut la visite du plus grand, du plus fort, du plus légendaire des paladins du royaume ? » me demanda Mougli avec un grand sourire. Ce à quoi je répondis en riant
« La routine tu sais bien. A chaque situation périlleuse, on m’appelle et je réponds toujours présent quand il s’agit de montrer mon talent. Plus sérieusement, je viens surveiller Machi de la part de Jilano mais ne lui dis pas. Je ne pensais pas te voir ici, comment tu as été accepté ? D’après Ronaldo, Robhin est super méfiant par rapport aux royalistes »
« Bah disons que depuis que j’ai quitté l’INRI, je suis un peu comme un mercenaire, louant mes services pour des missions qui en valent la peine. Robhin le sait et il me fait confiance, donc me voilà. Puis, Jalanda quoi, on va rentrer dans la légende si nous la trouvons » me répondit-il

°° C’est peut-être le moment de demander des explications sur Jalanda°° pensais-je

« Euh…. Tu saurais m’expliquer qu'est-ce que c'est cet arc de Jalanda, j’en ai jamais entendu parler »demandais-je avec une petite gêne.
Mougli me regarda quelques secondes avec un visage indéchiffrable puis partit d’un fou rire. Me sentant de plus en plus mal à l’aise, Mougli s’arrêta enfin et me dit en souriant :
« Je me demande si ce n’est pas parce que tu es bête qu’on t’aime tant » 
Devant mon visage outré, il rajouta rapidement

« Je te taquine. C’est juste que la plupart des personnes connaissent cette légende. Enfin soit. Alors par où commencer…. Bon, tout ceci se passa il y a des milliers d’années, à l’époque où les dieux vivaient parmi nous, nous parlaient, nous côtoyaient. Jalanda était un petit village se situant sur les versants d’une montagne. Il y faisait bon vivre, les habitants étaient chaleureux, les champs fertiles, la nourriture abondait. Mais la particularité de ce village était qu’un dieu y avait élu domicile. Ce dieu, c’était Maelic, le dieu de la chasse. Il vivait en harmonie avec les habitants, appréciant leur joie de vie. Il leur apprit toutes les techniques de la chasse, à survivre en pleine nature et il n’avait pas meilleur chasseur dans tout le royaume que les hommes de Jalanda. Mais son plus grand cadeau fut un arc. On raconte qu’il est fait en une matière divine ressemblant à de l’or mais étant aussi léger qu’une plume. Des symboles étaient gravés dessus dans la langue des dieux, lui donnant son pouvoir magique. Car en plus d’être une œuvre d’art, cet arc était magique. Il suffisait de tendre la corde et la lâcher pour qu’une flèche de lumière s’envole du néant. Bref, Maelic et les villageois vécurent des années paisibles durant lesquels le village à prospéré. Puis un jour, Maelic à dû s’absenter du village pendant quatre ans pour on ne sait quelle raison. La première année fut encore paisible pour les villageois mais après, une ombre menaçante commença à planer sur le village. Des chasseurs ne revenaient plus lors de leurs sorties, on retrouvait de temps en temps leurs cadavres déchiquetés quelques jours plus tard. Des traces étranges ainsi que des hurlements a glacer le sang provenait de la forêt environnante. Puis du village, nul n’entendit parler. Maelic revint dans le village et fut consterné. Le village était dévasté, aucune âme vivante ne se déplaçait en son sein, le village était désertique et l’arc avait disparu. Mais Maelic est un dieu et il comprit vite ce qu’il s’est passé ainsi que l’implication des mystérieuses créatures. Il repéra leur présence dans une caverne non loin de là et s’y rendit. Mais les créatures étaient des âmes dotées d’intelligence et les lois des dieux sont claires ; ils ne peuvent pas ôter la vie de telle créature. Fou de rage, Maelic jeta une malédiction sur l’arc et les habitants de la grotte et partit très loin de ce lieu de malheur. Les créatures sont coincées pour l’éternité à proximité de la grotte tandis que l’arc apportera malheur à quiconque le possédera…. Des habitants d’un village voisin, curieux de manque d’activité de Jalanda, virent la scène et s’enfuirent chez eux, racontant la nouvelle. C’est ainsi que la légende fut née. 

Un silence s’installa à la fin de la tirade de Mougli. Je réfléchissais à ce que je venais d’apprendre. Cette chasse au trésor m’avait l’air d’une fable. Et si cette fable s’avérait juste, les créatures avaient l’air redoutables, une petite troupe comme la notre n’y viendrait peut-être pas au bout. 
« Et ces créatures, on sait à quoi elles ressemblent ? » demandais-je
« Fais pas cette tête, elles sont sûrement mortes depuis. Sinon, je les tuerais tous avant que tu puisses faire quelque chose. Bon, j’ai quelques préparatifs à faire, on reparle durant le voyage » dit Mougli en me laissant là.
Je ne pouvais m’empêcher de penser à ces créatures, me demandant à quoi elles ressemblaient. Si j’avais su que ce n’était pas de ces créatures que j’aurais dû avoir peur, la suite aurait peut-être été différente…
_________________
-Il n’y a que dans les mystérieuses équations de l’amour que l’on peut trouver raison et logique.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:42 (2018)    Sujet du message: Mort d’un grand homme/vengeance faite dans l’ombre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Æternum vale Index du Forum -> Dépendances -> La Bibliothèque Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com